Monsieur le Président,

Nous sommes un couple de Français amoureux du Mali et de ses habitants, à qui nous rendons visite 3 mois par an depuis 10 ans.

Nous circulons au Mali avec un vieux 4X4, que nous avons fait immatriculer dans votre pays, et que nous conduisons nous même.

Cependant, nous souhaiterions attirer votre attention sur le fait qu'il nous est devenu insupportable de nous faire arrêter par de nombreux policiers qui ne semblent avoir d'autre objectif que celui de ramasser un bakchich.

En effet, les infractions qui nous sont reprochées sont toutes plus imaginaires les unes que les autres. La dernière, qui explique le présent mouvement de colère, s'est déroulée à Ségou ; nous circulions avec un ami Malien qui pourra témoigner et il nous a été reproché par le policier d'être trop nombreux dans le véhicule : nous étions 4 adultes, un bébé et une enfant de 11 ans.

Quand on voit passer les mobylettes et motos avec 4 personnes dessus, ou les camions déjà surchargés de marchandises avec une trentaine de personnes par dessus, qu'aucun policier n'arrête et qui circulent librement, et que, nous, nous faisons arrêter , la sécurité routière n'est pas en cause, seule intéresse le policier l'argent qu'il pourra nous extorquer.

Malheureusement pour eux, nous n'adhérons pas à ce système ; cette fois, il nous a fallu parlementer deux heures avec le commissaire de police pour récupérer les papiers de notre voiture, et ne pas être injustement verbalisés. Généralement les choses se passent mieux, car vos policiers ont un bon fond, et après une demie heure de discussion, nous pouvons partir bons amis sans rien payer ;

En conséquence, nous vous serions reconnaissants si vous pouviez agir pour mettre fin à cette pratique, consistant à arrêter les automobilistes toubabou, en comptant simplement leur faire payer une amende inique.

Je vous remercie à l'avance de votre intervention, et vous prie de croire, Monsieur le Président, en ma considération respectueuse.

Jean-Pierre Martin-Vallas